Vous êtes ici : Accueil > Jeunes Reporters pour l’Environnement > Mauvaise passe pour le numéro un mondial des produits laitiers
Par : eleve7
Publié : 12 octobre 2016

Mauvaise passe pour le numéro un mondial des produits laitiers

Mauvaise passe pour le numéro un mondial


des produits laitiers

 

Depuis plusieurs semaines actuellement, le géant français des produits laitiers est en confrontation avec les producteurs, se plaignant d‘être volés sur le prix du lait. Nous en venons a nous poser certaines questions telles que : 


« Pour quelles raisons les producteurs français se révoltent-ils ? Quels sont les enjeux de cette confrontation ? »


Tout d’abord, Lactalis est une entreprise du secteur de l’agroalimentaire ; tout ce qui touche la nourriture, en transformant un produit initial (lait) en un produit final (beurre ou fromage). Il s’agit du premier groupe laitier et fromager au monde, et il se place en deuxième position dans le classement français derrière Danone, convenant les groupes agroalimentaires. Lactalis compte 75 000 salariés à travers 43 pays, cette entreprise distribue ses productions dans plus de 150 pays. Le fondateur de cette société se nomme André Besnier


Cette crise a commencé en 2010 car les agriculteurs trouvaient le prix du lait trop bas par rapport à leurs bénéfices et au prix de vente. A l’heure actuelle, le secteur laitier se porte très mal comme en témoigne Josian Palach, secrétaire national en charge de l’élevage à la Confédération Paysanne : « 2.000 à 3.000 exploitations ont fait faillite cette année. Ces 10 dernières années ce sont 60.000 points de collecte qui ont fermé ». Afin de trouver résolution à ce problème, plusieurs ententes ont été mises en places pour satisfaire un minimum les producteurs et Lactalis, pour atténuer les confrontations entre ces deux partenaires. 


Depuis plusieurs années maintenant, les agriculteurs se battent pour avoir gain de cause tout simplement pour pouvoir continuer leurs activités et vivre de leur métier. Il faut savoir que cette crise ne touche pas seulement les producteurs eux- mêmes mais aussi les personnes qui travaillent pour eux et celles qu’il font vivre : en moyenne, un agriculteur a 7 personnes derrière lui et donc crée 7 emplois.


Pour conclure, cet énorme déficit économique, pourrait amener à la fin des petites exploitations des éleveurs français. Les entreprises achètent leur lait à prix coûtant alors qu’ils le revendent à un prix beaucoup plus élevé (deux fois à trois fois plus cher.) Les agriculteurs demandent juste que cette marge soit réduite et que leurs bénéfices soient plus importants par rapport à celui que dégage Lactalis. Les éleveurs ne demandent pas des euros, mais seulement des centimes.

sources photo :  ehttp ://www.challenges.fr/  ; http://www.freementions.com  ; http://www.ladepeche.fr/  ; https://vacheriedecrise.wordpress.com 

 

Pierre Bourgoin et Judith Broux, seconde 3.


Portfolio automatique :